LA VISION DE LA MORT

Vision de la mort - EuphorieMelancolie

“Les fantômes sont nombreux dans une maison où de grandes souffrances ont été endurées.” – Pierre Billon

A une croisée de chemin, j’ai cru apercevoir la Dame Blanche. Elle se tenait droite devant moi dans une majestueuse robe de mariée. Sa longue chevelure dorée recouverte par un voile blanc se laissait porter au vent. Un halo blanc l’entourait comme par magie. Elle m’observait se demandant sûrement comment j’allais réagir. Je ne suis restée que quelques secondes à la regarder mais assez pour me souvenir de ses gants blancs. Il n’y avait donc aucun danger. J’ai lu beaucoup de légendes et de mythes sur la dame blanche après l’avoir rencontré. C’est là que j’ai appris que si les gants avaient été noirs, cela signifiait qu’une mort arriverait prochainement, je crois que je me serais inquiétée. Lorsque c’est arrivé, nous dînions dehors en pleine nuit. Il n’y avait que la pleine lune et quelques chandelles pour nous éclairer. Je pense que le mélange ; bougies et pleine lune ont du attirer son fantôme. Ce n’est qu’une supposition, mais les esprits sont toujours attirés par les flammes et se réveillent la nuit tombée. Ce soir là, elle nous surveillait, essayant de nous protéger. Je ne sais pas combien de temps cela a duré, car terrifiée, j’ai couru dans la direction inverse. J’ai eu la frayeur de ma vie, je ne pensais pas que les esprits, fantômes, êtres surnaturels, peu importe comment vous les appelez, exister. Et depuis, je crois aux esprits qui restent sur Terre afin d’accomplir certains actes qu’ils n’ont pas eu la possibilité de finir. Quelques années plus tard, j’ai pu toucher, sentir et être en présence d’un corps sans vie. Dans la pièce brûlaient des bougies jour et nuit pour veiller sur son âme. Elles avaient l’odeur de jasmin ou peut-être de lavande. Cette charmante dame était toujours prête à rendre service, elle était honnête et franche. Nous pouvions toujours compter sur elle à n’importe quel moment. Nous sommes venus lui rendre visite le soir, et ma mère a ressenti quelque chose que je ne connaissais pas ; une douceur dans la bouche comme si elle avait avalé du sucre. C’est une belle image. Elle s’en allait dans un autre monde, vers le paradis. Elle était allongée dans son lit, comme si elle dormait. Les deux mains posées en croix sur son buste tenaient un chapelet. Elle avait l’air apaisé d’avoir quitté ce monde mouvementé. Son corps était habillé, son visage maquillé, mais d’une blancheur incroyable. Je n’avais jamais vu cela auparavant. J’ai caressé ses mains froides pour lui chuchoter des derniers mots d’adieu. Et là, je me suis sentie mal. Je commençais à tourner de l’oeil. J’avais au fond de moi peur de cette personne morte même si je l’appréciais. J’ai du regarder beaucoup trop de films d’horreur, et j’imaginais qu’elle ouvrirait les yeux et se relèverait d’un seul coup. Ce qui ne se produit pas, bien heureusement. Le lendemain, c’était le jour de l’enterrement. Le cercueil était fermé pendant la messe. Les gens s’approchaient des proches pour leur souhaiter leurs condoléances. Des larmes coulaient sur mon visage, même si je la connaissais pas tellement finalement. Et, je ne pense pas que nous devrions quitter un jour cette terre. Au cimetière, chacun jetait de la terre ou des fleurs sur le cercueil en exprimant des derniers remerciements ou des dernières prières afin qu’elle puisse rejoindre la lumière en paix. La Dame Blanche et cette gentille dame sont les deux seuls contacts que j’ai connus avec la mort pour le moment, et cela m’a énormément marqué.

©Elly Clark

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “LA VISION DE LA MORT”