LA DROGUE DOUCE

La drogue douce - EuphorieMelancolie

« L’abus des drogues n’est pas une maladie ; c’est une décision, au même titre que de traverser la rue devant une voiture lancée à vive allure. On n’appelle pas cela une maladie, mais une erreur de jugement. » – Philip K.Dick

Cette soirée n’était pas différente des autres. Le même nuage dense et jaunâtre remplissait la pièce. Je regardais mes amis l’un après l’autre, essayant de concevoir leur passion pour cette « drôle de cigarette ». La fumée qui s’échappait de ces cônes était lourde et odorante. Après plusieurs minutes de questionnements, je commençais enfin à les comprendre. C’était leur façon à eux de s’évader de ce monde de brutes, et d’oublier leurs soucis. Et pendant ces heures de consommation, ils étaient vraiment heureux. Ce bonheur, je le recherchais autant qu’eux. Avec la vie que je menais, j’avais aussi besoin de connaître autre chose que les pleurs. Le cannabis, comme les autres drogues trouble la perception du monde, et la conception de notre existence. C’est un moyen artificiel d’atteindre une certaine sensation de lâcher-prise. Il modifie les sens et nous illusionne. Je me souviens encore de cette fumée de particules douce et amère parcourant ma gorge et mes bronches. A l’absorption de cette drogue par mon organisme, les premiers effets étaient plutôt agréables; euphorie, et rires incessants à ne plus se souvenir de ce qui avait été dit quelques secondes auparavant. J’étais dans un monde imaginaire, où ma timidité avait fait place à un élan de sociabilité. Je m’amusais à recracher cette fumée en petites bouffées, et essayant tant bien que mal d’imiter mes amis à faire des ronds. Malheureusement, ces effets n’ont pas duré. J’avais faim, très faim. Alors je me suis mise à manger tout ce que je trouvais dans les placards. J’avais l’impression de pouvoir dévorer une ville entière. Je ressentais de fortes palpitations, croyant que mon abdomen allait exploser. Je me suis regardée dans une glace, j’avais les yeux rouges. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. On ne m’avait pas prévenu de ces effets. Je croyais que cette drogue apportait seulement de la joie. J’avais besoin de m’allonger, et de boire. Ma bouche était sèche, et ne produisait plus de salive. Je n’arrivais plus à me déplacer sans avoir l’impression de faire de gros efforts. Je me sentais lourde, et affaiblie. J’ai rampé sur le sol jusqu’à atteindre un endroit qui semblait confortable, et je me suis endormie. Le lendemain, je ne savais plus où je me trouvais, ce que je faisais exactement dans cette pièce, et pourquoi je me trouvais allonger sur de la moquette. Je ne me sentais pas bien. Je n’avais aucune envie de recommencer cette expérience. Pourtant, quelques semaines plus tard, je me retrouvais au même endroit, dans le même contexte, et je n’ai pu m’empêcher de re-gouter à cette drogue qui m’avait complètement assommée la fois précédente. Au fur et à mesure du temps, j’ai su réduire ma consommation: une unique bouffée par soirée, qui me donnait toutes les sensations d’une consommation normale.

©Elly Clark.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.