LA REBELLION

La rebellion - EuphorieMelancolie

« Chercher le bonheur dans cette vie c’est là le véritable esprit de rébellion. Quel droit avons-nous au bonheur ? »

– Henrik Ibsen

Je pense que déjà toute petite, j’étais contre la société. Je ne comprenais pas les lois qu’elle nous imposait, imaginant que nous pouvions faire sans. Je ne voulais pas faire comme tout le monde, ressembler à tout le monde, entrer dans un moule et ne plus pouvoir y sortir. Je désirais manifester l’individu que j’étais, j’affirmais mes convictions, je disais tout haut ce que les autres pensaient tout bas et surtout je montrais aux gens quels qu’ils soient que je n’avais pas besoin d’eux pour exister. Cela ne m’était pas favorable à chaque fois, car nous vivons dans un monde où les différences ne sont pas acceptées voire même rejetées. Un jour, je jouais, j’observais deux copains. Ni l’un ni l’autre ne voulait lâcher la main de l’autre, et je sentais que je devais intervenir pour cesser ce chahut. Et sans le faire exprès, j’ai donné un grand coup dans le nez de l’un de mes copains. Le pauvre petit bonhomme saignait et je me suis faite réprimandée. Je n’étais pas encore capable de réguler mes actes et de maitriser ma force. Peut-être que je n’aurais pas du me mêler à cela mais je l’ai fait. Je m’intéressais toujours à tout ce qui ne me regardait pas, j’étais plus que curieuse, je voulais savoir ce qu’on cachait encore aux enfants. Je me rebellais d’une certaine façon. Pourtant il y a des lois que nous devons respecter. Alors comment trahir les lois qui ont fait notre éducation, plus encore que nos parents? Il faut savoir que les règles de la société actuelle nous permettent de garder une certaine liberté. Elles nous incitent à respecter les gens, leur vie, leurs goûts, leurs opinions, leurs possessions. Elles nous dictent le respect envers les autres et nous aident à nous défendre. Car si nous les abandonnons, nous devenons esclaves de nos passions. Une passion est un désir dominant, suffisamment puissant pour envahir toute la vie de l’esprit et de polariser une existence sur un seul objet. On recherche alors la satisfaction de ce désir, ce qui est impossible. Puisque si l’objet de la passion pouvait être possédé, la passion s’évanouirait. En rejetant les règles et les lois de la société, nous imaginons un monde plus libre où nous arriverons à vivre paisiblement; un monde où nous ne serions pas dirigés par une autorité unique. Mais ce but me semble irréalisable mais je ne dis pas qu’il ne l’est pas. Ce n’est qu’une idéologie qui comme la passion ne peut trouver satisfaction. Car ce que nous oublions, c’est que la seule règle qui existait, existe et existera dans la nature est la loi du plus fort. Il n’y a qu’à regarder les animaux pour comprendre cela, sans oublier que nous en sommes. Nous sommes des animaux évolués, qui ont instauré des règles pour arrêter le désordre qui s’installait. Les animaux ont tous besoin d’un chef pour diriger une meute, c’est la même chose pour nous, enfin, je le pense.

©Elly Clark

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.